Spatial : le télescope James Webb en route vers les étoiles


25 décembre 2021

A 13h20 ce samedi 25 décembre, la fusée Ariane 5 transportant le James Webb s'est arrachée du pas de tir de la base de lancement de Kourou, en Guyane. Successeur désigné du légendaire Hubble, le télescope, fruit d'un partenariat entre les agences américaines, européenne et canadienne, est une machine à remonter le temps.

Débuts réussis pour une aventure aux confins de l'Univers. Prévu dans une fenêtre de tir de 13h20 à 13h52 heure française ce samedi de Noël, le décollage de la fusée Ariane 5 emportant le télescope James Webb s'est déroulé sans encombre à 13h20 exactement du pas de tir de Kourou, en Guyane. Un lancement particulièrement attendu, à quelques reprises reporté en raison de conditions météo défavorables.

Après 27 minutes de vol propulsé, qui s'est déroulé sans incident, l'instrument de plus de 6 tonnes a été séparé de la fusée sous les applaudissements des personnes rassemblées dans le centre de contrôle. Le télescope va mettre un mois à atteindre sa destination en orbite solaire, à environ 1 million de kilomètres de la Terre, soit environ quatre fois la distance de notre planète avec la Lune.

« Le lancement de Webb vient couronner l'excellente collaboration internationale qui a rendu une telle mission possible», s'est félicité Josef Aschbacher, le directeur général de l'Agence spatiale européenne, cité dans un communiqué diffusé ce samedi. «Nous recevrons très bientôt les nouvelles images de l'Univers prises par Webb, accédant ainsi à de nouvelles découvertes scientifiques très excitantes », s'est-il réjoui d'avance.

Même tonalité enthousiaste du côté de la Nasa. « La promesse de Webb, ce n'est pas de découvrir ce que nous savons déjà sur notre Univers, mais ce que nous ne comprenons pas encore, ou ce que nous ne pouvons pas encore imaginer. Je suis très impatient de voir ce qu'il va révéler ! », a ainsi déclaré Bill Nelson, administrateur de l'agence américaine.

Remonter le temps

La tension était maximale à Kourou, tant ce lancement était attendu. Le télescope James Webb est en effet l'un des programmes les plus ambitieux de la Nasa depuis le début de ce siècle. Son objectif : remonter le temps . Il devra, plus précisément, traquer « les signaux faibles des toutes premières galaxies de l'univers », il y a 13,5 milliards d'années, « quelques centaines de millions d'années après le Big Bang ».

Pour remplir une telle mission, la Nasa et ses partenaires ne se sont pas restreints, avec un engin dont le miroir primaire mesure plus de 6 mètres de diamètre. Près de trois fois plus que celui d'Hubble, l'un de ses prédécesseurs glorieux. C'est « le télescope le plus grand et le plus puissant jamais construit, s'était d'avance félicitée l'agence spatiale américaine. […] Il est si sensible qu'il pourrait théoriquement détecter la signature thermique d'un bourdon qui volerait à une distance équivalente à celle entre la Terre et la Lune. »

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article