Macron échange avec des territoires d'outre mer «pilotes» du déconfinement


30 avril 2020

Emmanuel Macron a estimé mercredi que les collectivités d'outre-mer du Pacifique, largement épargnées par l'épidémie du coronavirus et qui ont déjà commencé à se déconfiner, pouvaient être des territoires «pilotes» pour le déconfinement de l'hexagone le 11 mai.

En présence de la ministre des Outre-mer Annick Girardin, le chef de l'Etat a tenu une visioconférence avec les dirigeants et élus de Nouvelle-Calédonie, de Wallis-et-Futuna et de Polynésie française, où il devait initialement se rendre mi-avril.

Dans un propos introductif, il les a remerciés pour leur gestion de l'épidémie, qui a impliqué parfois la fermeture des territoires et salué «de vrais résultats à la clé».

«Je pense vraiment que l'on peut faire des territoires ultramarins des territoires 'pilotes' en matière de déconfinement» pour l'hexagone, a-t-il lancé, avant une discussion sur notamment le soutien au secteur du tourisme.

Très préservée, la Nouvelle Calédonie, qui a assoupli ses mesures de confinement dès le 20 avril, ne compte que 18 cas. Avec seulement 58 cas, la Polynésie a également entamé le déconfinement et poursuit cette semaine celui de Tahiti et de Moorea, les deux îles les plus peuplées qui ont concentré la majorité des cas.

Aucun cas n'est recensé à Wallis-et-Futuna, seul territoire français habité non contaminé.

En revanche, l'épidémie a touché plus durement la Guyane et Mayotte, fragilisées par la pauvreté et des capacités sanitaires limitées.

A Mayotte, on compte plus de 354 cas (pour une population comprise entre 256.000 habitants officiellement et 400.000 selon certains politiques en comptant les clandestins).

La collectivité de Guyane, qui compte plus de 120 cas et un décès, a voté mardi à l'unanimité la non réouverture des collèges et lycées le 11 mai.

Les 6.000 habitants de l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon, avec un seul cas confirmé, ont commencé à sortir du confinement lundi.

Quelque 4 millions d'euros doivent être distribués pour l'aide alimentaire dans les outre-mer notamment à Mayotte, en Guyane et à Saint-Martin.

Les Antilles sont également touchées: la Martinique compte le plus grand nombre de morts (14 pour 175 cas) des collectivités d'outre-mer, suivi de la Guadeloupe, avec 49 cas et 11 décès, un taux qui s'explique notamment parce que ces îles comptent une grande proportion de personnes âgées. Saint Barth et Saint Martin comptent ensemble 44 cas et 3 décès.

La Martinique avait d'avance averti la semaine dernière qu'il serait impossible de rouvrir les collèges et les lycées en mai, selon le président du Conseil exécutif Alfred Marie-Jeanne.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article