CHC : un nouveau souffle pour la recherche et l’enseignement en Guyane


18 décembre 2021

 Avec la création d’un nouveau bâtiment « enseignement et recherche », le centre hospitalier de Cayenne prévoit de regrouper tous les acteurs de la recherche sur le site hospitalier ou encore d’amplifier l’offre de formation. Une synergie prometteuse. Rendez-vous est donné en mars 2023.
« La pertinence des projets de recherche, la qualité et le dynamisme de l’activité de publication scientifique ont permis d’obtenir le label INSERM (Centre d’Investigation Clinique », peut-on lire sur la fiche de présentation du bâtiment « enseignement et recherche », qui jouxtera le CHC dès mars 2023, comme annoncé ce mardi matin.

La résultante d’une fusion quasi-inédite en Guyane, qui permettra tour à tour de regrouper tous les acteurs de la recherche sur le site du centre hospitalier, de faciliter la mise en place de recherches interventionnelles, d’amplifier l’offre de formation en Santé tropicale, mais aussi de créer des locaux propices à l’enseignement pour les étudiants de l’UFR Médecine.

« Ce nouveau bâtiment va surtout permettre d’avoir une approche sur la recherche qui intègre le patient dans le circuit. » poursuit Antoine Primerose, président de l’Université de Guyane. Tout en transparence, ce bâtiment sur trois niveaux constitués notamment d’un amphithéâtre promet de conférer une plus grande clarté au dessein de la recherche en Guyane.

Car comme rappelé par le CHC, la recherche a par exemple abouti à l’optimisation du traitement de la leishmaniose cutanée ou encore à la prise en charge optimisée du VIH. « On va quand même mettre l'accent sur les disciplines phares de l’Université de la Guyane, les maladies infectieuses, les maladies émergentes en Amazonie. C’est là-dessus que nous nous polarisons en sachant évidemment que tout ce qui concerne les pathologies chroniques nous préoccupe tout autant. » rajoute le Pr Félix Djossou, chef du service des maladies infectieuses et président de la Commission Médicale d’Etablissement (CME) au CHC.
Un projet désormais concrétisé qui a tout de même un coût (prévisionnel) : 7 millions d’euros financés à part égale entre la CTG (par le biais de fonds européens dits FEDER) et l’Etat (en utilisant les crédit Copermo). Un budget, « mais la recherche génère aussi des financements » a rappelé la directrice générale de l’ARS dans une allocution. Suivie de près par celle du préfet Thierry Queffelec : « A la différence d’autres territoires d’Outre-mer, il faut que la Guyane rayonne dans l’Amérique latine. » Livraison prévue en mars 2023.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article