Bernard Tapie est mort à l’âge de 78 ans

03 octobre 2021 à 09h27

L’homme d’affaires était atteint d’un cancer depuis 2017 et son état s’était aggravé ces derniers temps. Il est décédé alors que la décision dans l’affaire de l’arbitrage controversé de 2008 devait être rendue cette semaine.

Bernard Tapie est mort ce dimanche 3 octobre des suites d’un cancer généralisé, à l’âge de 78 ans, annonce la famille de l’ancien député au journal « La Provence ». « Il est parti paisiblement, entouré de sa femme, ses enfants, ses petits-enfants et son frère, présents à son chevet », précise le quotidien régional. « Il a fait part de son souhait d’être inhumé à Marseille, sa ville de cœur. »

Bernard Tapie était malade depuis 2017, une tumeur étant apparue d’abord à l’estomac, puis s’étant propagée dans l’œsophage, les poumons, les reins et même le cerveau. En mai dernier, son fils Laurent avait expliqué qu’il était hospitalisé et que son état de santé était « très préoccupant ».

« Je ne vous cache pas que les chances statistiques quand on en est à ce stade-là sont épouvantables », avait-il déclaré sur BFMTV, en expliquant que les médecins avaient constaté des « apparitions de nouvelles tumeurs depuis quelques jours » chez son père, atteint d’un cancer.

« Il en a une au cerveau, qui doit être soignée par radiothérapie, il en a deux dans les reins qui doivent être soignées par cryogénie, il en a dans l’abdomen », avait-il ajouté, en précisant que l’actuel patron du groupe de médias « la Provence » avait d’autres tumeurs de petite taille « un peu partout ».

« Un homme d’idées et de convictions »

« Je pense d’abord à la famille de Bernard Tapie, à leur douleur et leur chagrin », a réagi le premier ministre Jean Castex en marge du campus de la majorité présidentielle à Avignon.

« La première image que je retiens de Bernard Tapie et celle du combattant un homme d’idées et de conviction. Contre le Front National, pour des causes, son peuple, sa ville, l’entreprise. Il a tout donné. On l’a vu lutter pied à pied contre la maladie. Je m’incline. »

« L’annonce de la mort de Bernard Tapie est une grande tristesse », a pour sa part commenté le patron des députés LREM Christophe Castaner. « Je l’ai accompagné assez souvent, je respecte son histoire, sa part d’ombre, sa part de lumière. On sait ce qu’il a apporté. Je pense à ceux qui aimaient le combattant. »

« Bernard Tapie, à jamais Marseillais », a sobrement rendu hommage le maire de la cité phocéenne, Benoît Payan.

Un procès était en cours

L’ancien dirigeant d’Adidas était encore en procès. Face à la dégradation de sa santé, sa défense avait sollicité un report du procès en appel dans l’affaire de l’arbitrage controversé censé mettre un point final à son litige avec le Crédit Lyonnais concernant la vente de l’équipementier sportif.

Une demande refusée par la cour d’appel de Paris « au motif que ce renvoi serait contraire au respect du délai raisonnable auquel les prévenus ont droit ». La présidente avait notamment motivé sa décision en soulignant que Bernard Tapie avait été entendu pendant l’instruction et lors du procès en première instance.

Dans ce dossier, l’ancien président de l’Olympique de Marseille était soupçonné d’avoir, avec des complices, « truqué » un arbitrage privé rendu en 2008, qui devait solder son litige avec le Crédit Lyonnais. Cet arbitrage avait conclu à une « faute » de l’ex-banque publique et accordé à l’entrepreneur 403 millions d’euros.

Homme d’affaires, Bernard Tapie avait également participé à la vie politique française, en étant successivement conseiller général des Bouches-du-Rhône, député européen, député français et ministre de la Ville dans les années 1990.

Radio Mayouri campus avec AFP

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article