Trafic de drogue en Guyane : le gouvernement veut mieux lutter contre le phénomène des « mules »

28 mars 2019

Afin de lutter contre le trafic de cocaïne vers la métropole, les ministres de la justice, Nicole Belloubet et des Outre-mer Annick Girardin ont lancé, mercredi soir, des actions concrètes visant à limiter les mules - les passeurs transportant de la drogue dans leur corps - en provenance de Guyane.

Intensification des contrôles à la frontière avec le Suriname et aux aéroports de Cayenne et de Paris, renforcement des effectifs douaniers, le gouvernement a signé mercredi soir un « protocole » de mise en œuvre de son plan de lutte contre le phénomène des « mules » en provenance de Guyane.

La Guyane, proche des pays producteurs de cocaïne, est en proie à un fort trafic de drogue vers la métropole. Les trafiquants procèdent en utilisant des « mules », des personnes qui transportent la drogue dans leur valise, ou le plus souvent en ingérant des « ovules » de cocaïne.

Lutte contre le trafic de cocaïne

Les ministres de la justice, Nicole Belloubet et des Outre-mer Annick Girardin, ont signé ce protocole qui acte la phase opérationnelle du plan interministériel de lutte contre le trafic de cocaïne vers la métropole qu’elles avaient annoncé lors de leur déplacement en Guyane en septembre 2018, précise un communiqué commun.

Ce protocole, également signé par les secrétaires d’État Christelle Dubos (solidarités et santé) et Laurent Nunez (Intérieur), et par Rodolphe Gintz, directeur général des douanes, prévoit notamment d'« intensifier les contrôles à l’aéroport de Cayenne en accentuant le ciblage des passeurs de drogue et en assurant un meilleur échange de renseignements entre les brigades des douanes de Cayenne et d’Orly ».

Renforcement des contrôles aux frontières avec le Suriname

Les signataires s’engagent également à « renforcer les contrôles dès la frontière avec le Suriname », avec des effectifs de la brigade de recherche de Saint Laurent du Maroni qui passeront « dès cet été », de 18 à 22 militaires.

« De nouvelles chambres d’hôpital » pour accueillir les personnes qui ont ingéré des boulettes de cocaïne, seront également créées à Cayenne, « permettant de doubler le nombre de passeurs de drogue in corpore pris en charge, de 4 à 8 ».

En métropole, le plan prévoit de « renforcer la qualité du ciblage effectué par les agents des douanes pour affiner la détection des passeurs de drogue » et de « renforcer les effectifs douaniers » pour intensifier les contrôles des passeurs en provenance de Cayenne

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article