Mille euros pour les étudiants boursiers qui changent de région en master

11 août 2017
Le ministère a fixé le montant de l’aide à la mobilité géographique promise dans le cadre de la réforme de la sélection en master, appliquée cet été.

Les étudiants boursiers qui vont changer de région à la rentrée, afin de rejoindre un master, seront désormais aidés par l’Etat. Ces jeunes diplômés d’une licence vont recevoir un soutien de 1 000 euros pour poursuivre leurs études en première année de master dans une autre région académique, a annoncé le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, mardi 8 août. Pour en bénéficier, ils pourront déposer leur dossier à partir du 23 août sur la page MesServices.etudiant.gouv.fr.

Cette aide à la mobilité géographique constitue l’une des mesures promises par le précédent gouvernement, lors de l’adoption de la loi instaurant la sélection à l’entrée du master, en décembre 2016. Désormais, les universités sélectionnent à l’entrée du master – sauf dans certaines disciplines, qui font encore exception –, tandis que les étudiants peuvent, s’ils sont refusés à l’entrée des formations dans lesquelles ils ont postulé, saisir le recteur pour se voir proposer trois inscriptions.

Cette réforme s’applique pour la première fois cet été, avec de premiers couacs dans certaines disciplines en tension, où le nombre de places est insuffisant pour accueillir tous les candidats, comme la psychologie. Plus d’un millier d’étudiants ont effectué un recours auprès du recteur, d’après les chiffres communiqués par le ministère à la fin du mois de juillet.

Un autre dispositif d’accompagnement des étudiants est pérennisé par le gouvernement : l’aide à la recherche du premier emploi (ARPE), destinée aux jeunes diplômés de moins de 28 ans, sera prolongée à la rentrée 2017, d’après le communiqué du ministère.

Cette aide, qui représente entre 100 euros et 550 euros par mois, permet aux étudiants boursiers entrant sur le marché du travail d’obtenir la poursuite du versement de leur bourse pendant une période de quatre mois suivant l’obtention de leur diplôme. Trente mille diplômés ont bénéficié de ce soutien financier lors de la création de l’ARPE, en 2016. Le précédent gouvernement avait évalué le public potentiellement concerné à 126 000 jeunes, nécessitant une enveloppe budgétaire globale de 130 millions d’euros.

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article