Le promoteur de la «Montagne d’or», en Guyane, «prêt à revoir son projet»

08 septembre 2018

Le projet minier de la « Montagne d’or », en Guyane, est sur le bureau de François de Rugy. Le gouvernement doit décider s'il donne ou non son feu vert à cette mine à ciel ouvert de 8 kilomètres carrés, en pleine forêt amazonienne. Le débat public semble avoir amplifié les désaccords, selon le rapport remis vendredi 7 septembre au gouvernement. Mais l'opérateur minier se dit, selon Le Monde, prêt à des changements pour obtenir l'aval de l'Etat.

Le président de la Compagnie Montagne d'Or a entendu l'appel du nouveau ministre de l'écologie à revoir son projet minier guyanais. « S'il faut revoir certains points nous y sommes prêts », affirme l’industriel, cité par Le Monde.

Le projet divise de plus en plus profondément la Guyane, comme l'a constaté la Commission nationale du débat public (CNDP). Certains, dont beaucoup d'élus, y voient l'opportunité d'un premier développement industriel sur un territoire qui compte 22% de chômage. D'autres le refusent pour des raisons environnementales.

L'utilisation du cyanure est particulièrement redoutée, un procédé en circuit fermé pourtant déjà accepté à la mine de Dieu Merci, mais sur une échelle près de 50 fois plus faible. Montagne d'Or devra en effet traiter 12500 tonnes de minerais par jour. Le promoteur du projet tient à rassurer : « Le cyanure est recyclé, les résidus lavés ». Il affirme qu’en cas « de rupture peu probable du barrage, c'est une boue non toxique qui s'échapperait ».

Un nouvel aménagement du parc à résidus pourrait être proposé. Ce sera ensuite à l'Etat d'imposer ses conditions et de trancher.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article