La Guyane retourne à la mine

30 mai 2018

La collectivité territoriale de Guyane (CTG) a confirmé le 29 mai son désir d'entrer, de façon minoritaire, au capital social de la minière Auplata. Une marque de soutien qu'elle a également proposée à la Compagnie Montagne d'Or, porteuse du projet éponyme dans l'ouest guyanais.

Selon nos informations, la collectivité territoriale de Guyane (CTG) devait annoncer une prise de participation au capital d’Auplata, comme elle a déclaré vouloir le faire dans Montagne d’or contre la mise à disposition du foncier. La CTG l’a confirmé ce 29 mai dans le cadre de la visite officielle du site minier de Dieu Merci par le Président de la Collectivité Territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre. La décision devra être validée par l'assemblée de la CTG.

"L’exploitation des ressources potentielles de Guyane, et notamment aurifères, constitue un enjeu majeur de son développement économique et social, au service de l’intérêt général des guyanais et du rayonnement du territoire. Auplata oeuvre au développement de l’industrie aurifère guyanaise, et plus largement au développement économique de la Guyane française, ce qui justifie pleinement notre accompagnement", a affirmé Rodolphe Alexandre.

Une usine de cyanuration en construction

Auplata, qui construit son usine de cyanuration sur ce site situé à Saint-Élie (ouest de Cayenne), envisage également de relancer la mine de Yaou, près de Maripasoula, à l’arrêt depuis 2013. Cet investissement de la collectivité, comme actionnaire minoritaire, est un signal fort de sa volonté de soutenir les projets d’exploitation industrielle de ses ressources.

"Auplata est la première société minière de Guyane française à avoir obtenu les autorisations nécessaires pour la construction d’une unité industrielle afin d’extraire l’or contenu dans le minerai par le procédé de cyanuration, rappelle l’entreprise dans un communiqué de presse. Après la création d’une unité pilote en 2015 sur la commune de Rémire-Montjoly et avec l’achèvement de la construction de la première usine de cyanuration en 2018, permettant le démarrage de la production d’or au 2nd semestre 2018, Auplata espère ouvrir la voie à l’industrialisation à l’ensemble de la filière aurifère guyanaise."

Après douze ans de querelle juridique, la CTG vient par ailleurs de faire condamner l’État à lui verser 500 000 euros pour avoir tardé à publier le décret lui accordant la compétence sur la délivrance des permis miniers en mer. Le permis Guyane maritime, pour lequel Total vient de déposer une demande d’autorisation de forage, est concerné. Les permis d’exploitation de mines terrestres, comme Montagne d’or, restent de la compétence de la Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement de la Guyane, donc de son ministère de tutelle, celui de la Transition écologique et solidaire.

Source : L'usine nouvelle

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article