L’ex-footballeur Roy Contout mis en examen pour homicide involontaire

26 mai 2018

L’ancien joueur de Sochaux et Auxerre est soupçonné d’avoir renversé un cycliste samedi dernier avant de prendre la fuite. La victime est décédée à l’hôpital.

L’ancien footballeur professionnel Roy Contout, 33 ans, a été mis en examen jeudi soir, pour « homicide involontaire » dans une affaire d’accident mortel de la circulation avec délit de fuite présumé. Roy Contout a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire.

Roy Contout, originaire de Cayenne, avait été placé mercredi en garde à vue. Il avait percuté, le samedi 19 mai, vers 5 heures du matin, au volant de son véhicule, un cycliste quadragénaire de nationalité haïtienne, décédé des suites de ses blessures à l’hôpital de Cayenne le jour même.

Selon son avocat, Me Maurice Chow-Chine, l’ancien attaquant « revenait d’une soirée » et se trouvait « seul dans son véhicule ». L’ancien footballeur réfute le « délit de fuite » qui lui est reproché. « Monsieur Contout s’est assoupi au volant de son véhicule et pense s’être déporté. Il a percuté quelque chose sans savoir qu’il s’agissait d’une personne. Il a pu croire à un choc contre une barrière de sécurité », a déclaré son conseil.

L’ex-joueur « n’a pas vu... la personne percutée »

L’avocat affirme que l’ex-joueur « n’a pas vu, sur cette route pas du tout éclairée, la personne percutée projetée sur le côté, après le choc ». Selon son avocat, Roy Contout « s’est présenté aux autorités (mercredi, ndlr) après avoir fait le lien avec l’article sur l’accident paru dans la presse) ».

« Il a été constaté que Roy Contout n’a plus de points sur son permis. Il reste à éclaircir si cela lui avait été notifié ou non. Lui affirme que cela ne lui avait pas été notifié au moment de l’accident », a déclaré jeudi soir, Isabelle Arnal, la procureure adjointe.

Sans club, après une fin de carrière de quelques mois au Maroc en 2016, Roy Contout était depuis rentré en Guyane. Il a joué à Sochaux, Metz, Amiens et Auxerre.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article