Dégradation de la qualité de l’air : la Guyane en alerte en raison de « poussières du Sahara »

05 janvier 2018

La Guyane a été placée en alerte jeudi 4 janvier en raison d’une dégradation maximale de l’air attendue vendredi, a annoncé la préfecture de Cayenne. L’observatoire régional de l’air (ORA) prévoit une dégradation accentuée vendredi, avec un indice maximal, « très mauvais » de 10 sur une échelle de 1 à 10.

L’alerte de dépassement de seuil devrait être maintenue jusqu’au week-end, a prévenu la préfecture. Il s’agit du troisième dépassement de seuil d’alerte en huit jours. La qualité de l’air est médiocre en Guyane depuis le 26 décembre. Cette situation est causée par la présence de « brumes du Sahara » transportées par des courants aériens.

Réduire l’activité sportive

Selon l’ORA, « des particules désertiques sont arrachées mécaniquement du sol sous l’action du vent, et se déplacent, de l’Afrique à l’Ouest atlantique via la Saharan Air Layer (SAL) ».

Les conditions climatiques spécifiques de la Guyane entraînent une véritable « saison de poussières », s’étendant généralement de février à avril. Les seuils réglementaires de pollution de l’air sont très souvent dépassés lors de ce phénomène, ressenti jusque dans les Antilles. L’impact répété de ces passages de particules sur la population guyanaise n’a pas été étudié.

Ces poussières peuvent avoir une action irritante sur les voies respiratoires (toux, gênes respiratoires, crise d’asthme, irritation des yeux). Les personnes sensibles et fragiles sont invitées à réduire leur activité sportive. Il est recommandé aux sportifs de ne pas participer à des compétitions intenses.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article