Blocage des universités : une centaine d'étudiants évacués par la police à Strasbourg

05 avril 2018

Il s'agissait d'une "occupation nocturne symbolique". Une centaine d'étudiants opposés à la réforme de l'université menée par la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal occupaient un amphithéâtre du Palais universitaire de Strasbourg, avant d'être évacués par les forces de l'ordre mercredi 4 avril au soir.

L'évacuation a eu lieu en début de soirée dans un amphithéâtre choisi lors d'une assemblée générale, a indiqué un porte-parole du syndicat universitaire Unef. Anticipant l'intervention des forces de l'ordre, les étudiants avaient décidé de se barricader "à l'aide de chaises et de tables de manière ordonnée". 

"Les policiers sont entrés de façon assez brutale, malmenant le mobilier, et ils ont utilisé du gaz lacrymogène", a affirmé ce même représentant de l'Unef. Plusieurs vidéos diffusées sur Twitter montrent des manifestants, quitter le Palais universitaire, certains avec le visage et la bouches masqués de foulards. Selon le représentant du syndicat étudiant, quatre personnes évacuées "se sont plaintes de problèmes assez importants au niveau des yeux, de la gorge ou de la peau"

Plusieurs sites universitaires bloqués en France

Les étudiants avaient l'autorisation d'utiliser cet amphithéâtre dans la journée, "mais on ne peut pas laisser occuper les bâtiments en dehors des heures d'ouverture", indique la direction de l'université, qui confirme l'évacuation policière et avance des raisons de sécurité. 

L'amphithéâtre avait déjà été évacué le jeudi 22 mars au soir à l'issue de la journée de grève de la fonction publique. Le campus universitaire dans son ensemble avait ensuite été complètement fermé le samedi 24 mars au matin. Mais depuis, tous les cours ont eu lieu normalement, précise l'université de Strasbourg. 

Plusieurs sites universitaires à travers la France, comme Tolbiac et la faculté de Lettres de Sorbonne-Université à Paris ou celle de Nancy, sont bloqués depuis quelques jours par des opposants à la loi sur les nouvelles modalités d'accès à l'université, la loi ORE (Orientation et réussite des étudiants).

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article