46 % des jeunes adultes vivent encore chez leurs parents

01 février 2018

S’ils rêvent d’indépendance à l’adolescence lorsque qu’ils « n’en peuvent plus » de leurs parents, les jeunes semblent rapidement se raviser une fois atteint l’âge de partir à l’Université. C’est ce que révèle la dernière étude de l’Insee sur les jeunes et leur lieu de vie : ils sont de plus en plus nombreux à habiter chez leurs parents toute l’année ou régulièrement.

Près d’un jeune adulte sur deux habite chez ses parents

Par « jeune adulte » l’Insee qualifie les 18-29 ans : ils sont officiellement des adultes mais la majorité n’a pas encore totalement quitté les liens familiaux propres aux enfants. En fait, selon l’étude publiée le 31 janvier 2018, 46 % des jeunes adultes habitait, en 2013, chez ses parents. Une situation liée à plusieurs facteurs socio-économiques.

La première raison est bien évidemment l’allongement de la durée des études : si c’est possible les jeunes vont habiter chez leurs parents durant leur période universitaire puisque ça coûte moins cher au foyer et que c’est, avouons-le, plutôt pratique d’être nourri et blanchi après une journée de cours. Parmi les 18-24 ans qui vivent chez leurs parents, 57,8 % sont en effet des étudiants.

Entre 25 et 29 ans la situation est plus compliquée : les études sont terminées pour la plupart de ces jeunes adultes mais ils n’arrivent pas à trouver du travail et donc à atteindre l’indépendance financière. 25 % de ceux qui habitent chez leurs parents sont au chômage et d’une manière générale dès lors qu’ils habitent encore chez leurs parents les jeunes de 25-29 ans ont des emplois précaires, en CDD.

S’ils habitent seuls ils ne sont pas indépendants financièrement

Si de plus en plus de jeunes adultes vivent encore chez leurs parents ce n’est pas comme si ces derniers ne les aidaient pas. En fait, chez les 18-25 ans, 72,4 % ont une aide financière directe et régulière, 47,5 % bénéficient du paiement du loyer de leur logement et 20,5 % ont une aide alimentaire.

Que les parents se rassurent toutefois : si ces aides concernent la majorité des 18-19 ans, selon l’Insee, (68,6%), elles ne concernent que 3,4 % des 28-29 ans habitant seuls et encore : chez les 25-29 ans ce sont les chômeurs que les parents aident.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article